Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Finnigan et moi

 
  Hartnett, Sonya
Edition : Editions du Rocher, Collection : Le Serpent à Plumes 2009, 313 pages ISBN : 978-2-268-06760-5 21
 

Dès les premières lignes de ce livre, nous sommes propulsés dans un autre univers. Sonya Hartnett nous y parle de la rencontre entre deux garçons très différents. Anwell est un garçon très renfermé, oppressé et maltraité par ses parents. Finnigan quant à lui est un garçon épris de liberté, un genre de vagabond qui semble dominer la ville de Mulyan et être au courant de tout ce qui s'y passe : un être mystérieux... Le livre nous fait découvrir les prémices de cette rencontre, le pacte passé entre ces deux enfants et l'évolution de leurs rapports jusqu'à laube de l'âge adulte. Le pacte selon lequel Anwell, rebaptisé " Gabriel " (l'archange) par Finnigan, s'occuperait de faire le bien et Finnigan se chargerait à sa place de tout ce qui est mal va régir leurs relations. La dichotomie entre le bien et le mal est mise à mal par l'auteur car ils se retrouvent souvent entrelacés. Elle n'esquive pas la noirceur de certaines situations.

C'est donc " Gabriel " qui nous raconte, au gré des pérégrinations de ses pensées, tous ces moments depuis son lit où il se meurt d'une étrange maladie à l'âge de 20 ans. Sa narration nous mène dans ses souvenirs et, par moments, dans le présent. Finnigan exprime lui aussi ses pensées et ce qu'il a vécu avec son frère de sang. Ces allées et venues entre les narrateurs donnent un rythme soutenu au livre qui nous embarque dans un monde étrange, un peu fantastique.

Le talent de l'auteur est d'utiliser un style d'écriture simple avec beaucoup d'images, de poésie qui nous fait comprendre ce que ressentent les narrateurs de l'intérieur. Les couleurs, le ressenti physique, les sentiments : tout y est très clair. Elle ne se perd pas dans des détails. Au contraire, ses phrases sont courtes mais efficaces, ce qui donne un rythme soutenu duquel on a du mal à se détacher. De plus elle a l'art de distiller le suspense par petites touches : une allusion par ci par là qui fait s'interroger le lecteur sur ce à quoi elle fait référence et le tient en haleine jusqu'au dénouement.

Avec son style élégant, précis et riche en métaphores, Sonya Hartnett m'a séduite. Je n'aurais jamais pensé apprécier ce genre d'histoire. Avec " Finnigan et moi ", elle mérite vraiment son surnom de " Stephen King australien "

Ecrite par Sephine, le 20 Avril 2009 à 16:04 dans la rubrique Roman Fantastique .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb