Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Fils de l'Ombre (Tome 2)

 
  Mariller, Juliet
Edition : L'Atalante 2010, 374 pages ISBN : 978-2-84172-515-1 18
 

Liadan n'est plus que dilemne. Tiraillée entre ce qu'elle sait et ce qu'elle croit savoir, la jeune femme aura fort à faire pour choisir le chemin le plus juste. Son don se développe. Son don... Elle le considère de plus en plus comme une malédiction. Parviendra-t-elle à sauver sa soeur de son drame quotidien, à protéger sa famille, à retrouver son homme ? Doit-elle suivre les volontés des esprits de la forêt ou écouter la voix des anciens ? Pourra-t-elle protéger son fils ?

Ce second volet de Fils de l'Ombre avait la difficile tâche de passer après le premier. La Lapalissade est belle, mais l'on ne saurait mieux refléter la couleur de l'attente. Si vous avez comme moi avalé le premier, vous ne serez pas déçus.

J'avais aimé cette manière bien particulière de nous faire entrer dans l'ambiance et dans la culture celte par l'utilisation de contes. Juliet Mariller est parvenue à conserver cela, sans pour autant avoir recours au même subterfluge. Pourtant, dès la première ligne, on replonge. Dès les premiers instants, on se souvient de tout, et l'on s'imagine parfaitement errant dans la foret de Septenaigue. La dimension émotionnelle est décuplée. Le décès de Sorcha est une réelle tragédie, et il semble parfois que les rites usités nous semblent naturels, tant l'on est pris par la peine collective. Les personnages ne perdent pas en saveur, et l'on en redécouvre même certains, avec beaucoup plus d'épaisseur que l'on aurait pu le croire.

Un défaut ? Ce livre a une fin. Certains la trouveront peut être un peu rapide, mais cela ne reflète finallement que la sensation de lacher prise et d'envie de vivre que doivent ressentir Liadan et Bran. Tout semble calculé et pourtant tellement naturel, qu'il ne peut finallement pas en être autrement.

Ecrite par Thyde, le 23 Novembre 2010 à 10:11 dans la rubrique Roman Fantasy .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb