Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)
"inOui" à SNCF : un nouveau pas vers la privatisation ?!? (solidaires08)



 

Et la lumière disparaît

 
  Guilbert, Franck
Edition : Nuit d'Avril 2004, 308 pages ISBN : 2-9519741-6-7 16,90
 

Martha avait une famille. Du moins lui restait-il sa nièce, le mari de celle-ci, et leur merveilleux enfant : Thomas. Seulement à présent, il ne lui reste plus rien. Ils sont tous morts dans l'incendie qui ravagea leur maison. Et où chercher du réconfort lorsqu'on n'a plus rien et qu'on a quatre vingt ans passés ?

Martha ne le trouve que dans le rituel qu'elle s'impose toutes les semaines : aller faire brûler des cierges à la cathédrale. Seulement, cette fois-là, quelque chose la troubla alors qu'elle quittait les lieux. Dans le vitrail devant lequel elle passait chaque fois pour entrer et sortir, elle découvrit le chiffre de la Bête d'inscrit. Simple hallucination ou réelle volonté de le faire apparaître dans une église ?

Et puis, il y a eu aussi les visions. Des visions d'un endroit qu'elle ne connaît pas et qui pourtant l'appelle de toutes ses forces. Un étang, un homme, une mission. Tels sont les sentiments qui l'assaillent constamment. Et elle ne peut s'enlever cette idée de la tête. Si bien qu'un jour, elle va prendre quelques affaires et partir.

Et retrouver quelqu'un qu'elle ne connaît pas mais avec qui elle va faire un extraordinaire voyage qui va l'emmener loin, très loin de chez elle. Et la mission qu'elle va devoir remplir va lui révéler bon nombre de choses qu'elle n'aurait jamais soupçonnées auparavant.


Dernier volume de la trilogie entamé avec les Chemins du Destin et poursuivi avec Au lendemain du dernier jour, Et la lumière disparaît est une surprise à bien des titres. En effet, on, plonge toujours avec autant de plaisir dans l'ambiance si particulière que sait dégager Franck Guilbert avec ses mots. Seulement l'histoire est amenée quelque peu différemment. Au fil des récits, il nous plonge beaucoup plus rapidement dans le côté fantastique de l'histoire, tout en nous ramenant perpétuellement à une réalité bienréelle. L'effet est inverse de son premier roman, mais toujours aussi bien amené.

On retrouve aussi avec beaucoup de plaisir les personnages de ses romans précédents (surtout ceux de Au lendemain du dernier jour). Bien qu'on puisse lire les trois romans de manière indépendant, je ne saurais quand même trop vous conseiller des les lire tous, et dans l'ordre de préférence. En effet, dans ce dernier, il est fait des références aux évènements passés qui pourraient dérouter un lecteur qui n'aurait pas eu la chance de lire les autres romans de Franck. Et puis, vous n'auriez pas le plaisir de retrouver vos anciennes connaissances.

Plus que jamais, découvrez ou terminez la quête débutée avec les Chemins du Destin.
Une trilogie que je n'oublierai pas de sitôt tellement elle m'a captivée !

Ecrite par WongLi, le 19 Juillet 2004 à 08:07 dans la rubrique Roman Fantastique .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb