Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)
"inOui" à SNCF : un nouveau pas vers la privatisation ?!? (solidaires08)



 

Erzsebet

 
  Rassat, Cédric & Orhun, Emre
Edition : Glénat, Collection : 1000 Feuilles 2010, 66 pages ISBN : 978-2-7234-6568-7 15
 

La comtesse Bathory est à présent devenu aussi célèbre que son lointain cousin et ancêtre - ils auraient été réellement apparentés - le comte Dracula.
Tueuse en série précoce, vampire femelle ou simple femme de tête victime d'un complot, sa légende a fait d'elle un monstre impitoyable qui aimait à se baigner dans le sang des vierges pour préserver sa beauté, et dont la sorcellerie lui aurait permis de conserver la jeunesse de son corps jusqu'à sa mort, à plus de cinquante ans.

C'est l'histoire de cette femme d'exception que nous content aujourd'hui Cédric Rassat et Emre Orhum.

Tout commence au château de Csejthe, en Hongrie, en 1614. Jugée coupable de nombreux crimes, la comtesse a été condamnée à être emmurée vivante dans son propre château et vit ainsi dans une pièce sombre et froide, soumise à la vindicte des gardes qui la surveillent. Sa plus grande hantise est en train de la rattraper : elle vieillit.

Elle se remémore alors son passé, sa jeunesse et comment sa brutalité envers ses servantes lui a permis de découvrir que leur sang constituait un élixir de jeunesse.

Après les premiers meurtres, c'est une débauche de tortures, une frénésie de mort qui s'empare d'elle et ses serviteurs hantent la campagne de son domaine pour lui ramener de jeunes servantes qui, sous le prétexte de la servir, périront dans d'atroces souffrances dans ses caves, devant aller jusqu'à lécher le sang sur elle pour que les serviettes rêches ne ruinent pas l'effet de ses bains de jouvence.

On devine l'influence d'un homme mystérieux, avec qui Erzsebet fuira, avant de devenir dépravée et bestiale. On assiste au retour de son époux, mort sur le champ de bataille, et le mépris dans lequel la comtesse le tenait.

Puis sa perte, le jour où les paysannes se font rares et qu'elle s'en prend aux jeunes nobles.

L'histoire est connue, point n'est besoin de revenir dessus, mais les auteurs ont mis l'accent sur la folie sanguinaire de cette tueuse, sur son besoin insatiable et son manque de respect de la vie humaine. Le dessin, particulièrement noir, fouillé et malsain, restitue parfaitement l'ambiance sombre et lourde du château de Hongrie où se sont déroulés ces crimes innombrables et innommables.

Un excellent album, qui vaut tant pour son dessin que pour son parti pris.

Ecrite par Zaahne, le 15 Décembre 2010 à 15:12 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb