Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)
"inOui" à SNCF : un nouveau pas vers la privatisation ?!? (solidaires08)



 

Dragons et serpents (Les cités des anciens - Tome 1)

 
  Hobb, Robin
Edition : Pygmalion 2010, 326 pages ISBN : 978-2-7564-0287-1 21,90
 

Tintaglia avait passé un marché avec les humains. Elle devait débarrasser les côtes terrilviliennes des navires chalcédiens en échange de quoi les humains se chargeraient de l'aider à faire venir les serpents dans un lieu propice pour qu'ils puissent fabriquer leurs cocons. Sous son oeil avisé, tout se passa pour le mieux compte-tenu des circonstances et malgré des pertes dans les serpents, plus de quatre vingt dix cocons purent être conçus. Mais Tintaglia savait que les chances pour que tous donnent naissance à un dragon viable étaient faibles, compte tenu de la nature même des serpents qui avaient passé trop de temps en mer, et de la période de l'année qui n'était pas propice pour créer des cocons.

Depuis le réveil de Tintaglia et le marché passé avec elle, il était formellement interdit d'utiliser le bois-sorcier pour faire quoi que ce soit. Les humains savaient maintenant que ce n'était pas simplement du bois aux propriétés phénoménales mais qu'il était débité depuis les cocons des dragons. Mais quand Leftrin, capitaine de la gabare Mataf, une vivenef, tomba sur un bloc de ce fameux bois-sorcier, il ne put s'empêcher de voir toutes les nouvelles possibilités pour lui et son commerce. Et ce malgré les interdictions.

Les cités des anciens est une nouvelle série qui se passe dans le même monde que Les aventuriers de la mer et L'assassin royal. Mieux, c'est la suite directe de Les aventuriers de mer. Même si les personnages centraux ne sont maintenant plus les mêmes, l'action se poursuit directement après la fin du dernier tome de la série. D'ailleurs, on retrouvera des personnages que l'on connaît très bien au fil des pages, rencontrant les nouveaux protagonistes principaux de cette série.

On va aussi retrouver Alise, une jeune marchande destinée à finir vieille fille et qui se voit offrir une offre de mariage par un des plus beaux partis de Terrilville, sans en comprendre la raison. Aussi Thymara, une jeune fille née dans le désert des pluies et qui aurait dû être abandonnée à la naissance comme c'est la coutume quand un enfant nait directement avec des difformités. Mais son père en avait décidé autrement. Thymara qui a un destin à se forger.

Mais bien entendu, ce n'est pas dans ce premier tome que l'on va connaître tous les tenants et aboutissants de la série. Ce serait bien mal connaître Robin Hobb qui a toujours la même plume délicate et qui aime prendre son temps, sans jamais ennuyer. Donc on découvre les nouveaux personnages au fur et à mesure. Certains verront peut-être en Alise un mélange en Althéa et Malta et en Leftrin une version " light " du capitaine Kennit. Possible, mais cette ressemblance est à mon avis une méthode pour faire entrer le lecteur dans le roman beaucoup plus vite pour qu'une fois bien accrochée son attention puisse se focaliser sur les réelles personnalités de ces personnages.

En tous cas, même si je ne m'attendais pas à une suite aussi directe de Les aventuriers de la mer, pensant aller directement dans le secret de ces fameux Anciens, j'ai prit un grand plaisir à me replonger dans la plume subtile de Robin Hobb. A mon avis, les secrets que j'attendais arriveront plus tard, même si je n'en ai aucune certitude. En effet, toujours préserver le secret sur les Anciens pourrait être aussi un moyen de garder leur légende intacte, même auprès du lecteur.

Ecrite par WongLi, le 12 Septembre 2010 à 11:09 dans la rubrique Roman Fantasy .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb