Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Dragon Ball (Perfect edition - Tome 1)

 
  Toriyama, Akira
Edition : Glénat, Collection : Shônen 2009, 226 pages ISBN : 978-2-7234-6768-1 10,55
 

Au fin fond des montagnes d'un pays loin de la civilisation, une jeune garçon vit seul, se débrouillant comme il le peut pour se nourrir ou se chauffer. De fait, San Gokû (ancienne traduction : Sangoku) a plus de chance d'y arriver qu'un autre garçon de son âge : il est très très très fort. Et en plus il peut s'aider de sa queue de singe. Mais voilà qu'un jour un monstre à quatre roues arrive et manque de le renverser. Furieux, il soulève l'engin et l'envoie s'écraser... Dans l'imprudent monstre métallique, une jeune fille aux cheveux verts commence à lui tirer dessus avec un révolver, mais contre toute attente, la balle n'a fait que renverser le jeune garçon. Quand il apprend que son adversaire est une fille, il cesse enfin ses attaques. Son grand-père lui a en effet enseigné qu'il fallait être toujours gentil avec les filles. Dans la demeure du grand-père décédé se trouve une boule étrange en cristal, où l'on peut distinguer en elle quatre étoiles. Bulma saute de joie car c'était exactement ce qu'elle recherchait, mais Gokû n'est pas d'accord. Il est fermement persuadé que cette boule est tout ce qui lui reste de son grand-père, San Gohan.

Qui ne connait pas Dragon Ball ? Quand j'étais jeune, je regardais cet anime à la télévision. Maintenant, ce sont les enfants qui le regardent via les chaînes câblées, avec toujours la même frénésie si je puis dire. Dragon Ball, c'est LA star du shônen. On aime, ou on déteste. On entendra souvent parler de Dragon Ball comme catalyseur d'une certaine violence, mais c'est surtout le confondre avec les anime et surtout son prolongement, Dragon Ball Z, qui n'existe pas en tant que tel dans le manga. Dragon Ball c'est une série de 42 volumes reliés regroupant plusieurs saisons si je puis m'exprimer ainsi. Dans ses débuts, la série se démarque par la quête plutôt puérile d'une jeune fille aidée par un jeune amateur d'arts martiaux en quête initiatique. Ainsi réunis, pour la raison évoquée dans mon premier paragraphe, les deux jeunes gens rencontreront alliés et ennemis tous aussi étonnants que pathétiques parfois.

La patte Akira Toriyama, c'est des décors simples inspirés de la chine rurale (des montagnes vraiment caractéristiques) et un scénario rapide, sans temps mort. On agrémente le tout de jeux de mots bien pensés. L'histoire générale ici est liée au Voyage vers l'ouest (l'Inde), l'un des quatre grands récits classiques de la Chine. Précurseur en ce domaine, de nombreux mangaka de plusieurs pays se seront essayés à publier leurs versions, plus fidèle sans aucun doute que Dragon Ball, mais aucun n'a eu le même sucés. Citons donc en exemple Saiyuki, Toyuki ou plus récemment le Voyage vers l'Occident par des auteurs chinois.

Mais vous allez me dire, avec raison, pourquoi se procurer cette énième version de Dragon Ball ? Il y a la première édition, une autre aux tomes doubles, une autre encore en demi-volumes... puis dernièrement cette version en coffret qui avait ravi ses lecteurs par une traduction de bien meilleure qualité et quelques planches originales de débuts de chapitre en plus. Et bien parce que le gros plus de cette "Perfect edition" est de proposer les planches en fac-similé, dont de nombreuses colorisées par le maître Akira Toriyama en personne, dans un format original plus grand permettant de mieux voir les détails. Certes c'est plus cher, mais si vous ne possédez pas encore Dragon Ball... je pense que c'est le moment de s'y mettre sérieusement. Qu'on le veuille ou non, Dragon Ball est un incontournable. Notez que le texte conserve celui retraduit pour la version en coffret, y compris les perles d'explications de contextes ou des traductions des jeux de mots du maître, parfois intraduisibles, ainsi que les dialogues plus matures et incisifs que les toutes premières éditions françaises.

Ecrite par Garion, le 18 Mars 2009 à 16:03 dans la rubrique BD Manga .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb