Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Deuxième complainte (Notre mère la guerre - Tome 2)

 
  Kris & Maël
Edition : Futuropolis 2010, 62 pages ISBN : 978-2-7548-0320-5 16
 

Le vieux Roland est de plus en plus mal en point. Il sait qu'il n'en a plus pour très longtemps et, sur son lit de mort, il souhaite absolument terminer l'histoire qu'il a commencé à raconter au curé du village. Nous voilà donc de nouveau de retour dans les tranchées de la grande guerre... Roland est un jeune gendarme envoyé sur le front afin d'enquêter sur le meurtre de plusieurs jeunes filles, et son enquête l'a amené au bout du front, avec une escouade commandée par Peyrac, un ancien camarade du même village. Une attaque a eu lieu, et le soldat Julien Dussart, alias Jolicoeur, est bien mal en point, coincé à mi-chemin entre la tranchée française et la tranchée allemande, avec un trou béant dans le ventre.

Pour autant, Roland doit quitter l'escouade, puisqu'on le rappelle au village : une autre jeune fille a été retrouvée morte, une prostituée qui était la favorite du capitaine Janvier. Celui-ci a été fortement marqué par les combats, et une explosion lui a abîmé le ventre et ce qui se trouve en dessous. Lui qui était le grand sauvage avec ces dames a dû devenir très doux, et seule les bras de Mathilde, la victime, lui apportait encore du réconfort. Alors, Janvier veut absolument accompagner Roland pour l'aider dans son enquête...

Et sur ce meurtre, il y a eu des témoins, en la personne de deux artificiers africains qui ont juste vu deux silhouettes, une grande et une petite : l'assassin n'agit pas seul, manifestement... Et si les éléments que Roland a vus dans l'escouade de Peyrac concordaient ? Toujours est-il qu'il va maintenant falloir retourner au front, histoire d'en avoir le coeur net...

Après la première complainte parue l'an dernier, voilà le second tome qui paraît, nous emmenant une nouvelle fois au coeur de la der des der. Graphiquement, rien ne change sur ce tome par rapport à son prédécesseur, et ce pour notre plus grand plaisir. Les dessins de Maël (L'encre du passé chez Dupuis Aire Libre) sont toujours aussi beaux et travaillés, et les couleurs utilisées nous plongent directement avec effroi dans ces ambiances si particulières. L'accent est bien sûr mis sur les expressions, mais un soin tout particulier est également apporté aux costumes, aux paysages de désolation.

Côté scénario, Kris nous emmène dans une enquête policière en nous faisant visiter le front, et surtout en nous montrant le quotidien de ces poilus... Effrayant, certes, mais le scénariste de Un homme est mort ou de Coupures irlandaises sait nous tenir en haleine, en incorporant des moments poignants, des grands instants d'humanité, comme ces soldats qui chantent ce qu'ils peuvent se rappeler pour rassurer leur compagnon en difficulté, ou ces soldats français qui donnent tout de même un clope à ces prisonniers allemands...

Cette deuxième complainte est une nouvelle fois très riche et très réussie : la guerre vue sous un angle nouveau, profondément humain, et mis en image par un dessinateur à la forte sensibilité : on ne pouvait rêver meilleur cocktail pour ce très beau livre, tant sur le fond que sur la forme, comme d'habitude chez cet éditeur qui soigne particulièrement ses parutions.

Ecrite par Clark, le 08 Octobre 2010 à 17:10 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb