Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Dernier exil

 
  Ponzio
Edition : Carabas 2007, 56 pages ISBN : 978-2-35100-105-9 13
 

Poldonsky est un peintre parisien sans histoire. Et sans génie, non plus... Incapable d'avoir confiance en lui-même et d'avoir de l'amour propre, le voilà qui perd pied dans ce monde. Les gens en général lui sont de plus en plus insupportables, et même sa petite amie, Armande, commence sérieusement à lui taper sur le système avec ses histoires terre-à-terre.

Pour les besoins d'une commande, Poldonsky est à la recherche d'une gueule à immortaliser avec ses pinceaux. Dans les rues parisiennes, il tombe ainsi sur un vieux génie, du nom de Christian Dagerlöff. Le vieil homme est loquace et semble un peu fou, pour ne pas dire sérieusement dérangé au premier abord.

Les idées qu'il développe à Poldonsky parlent de voyages non dans l'espace ou dans le temps, mais dans la causalité. Idée originale semblant être risible, mais Poldonsky a mis là le pied sans le savoir vers une découverte de génie.

De plus en plus mal à l'aise avec ses semblables, Poldonsky est sur le point de se suicider. Cest décidé, ce sera pour demain matin. Mais là encore, il tombe par hasard sur le vieil homme qui prend soin de lui... Suite à cela, d'étranges symptômes apparaissent : il semble que tout ce que voit Poldonsky soit vieilli. De quelques secondes au début, mais le décalage entre sa vision et la réalité va en s'accentuant, et finit par atteindre plusieurs mois.

Et lorsque vous commencez à compter les cadavres dans tous vos déplacements, la folie et l'inquiétude sont bien au rendez-vous ! Et l'envie vous prend de rencontrer l'instigateur de ces changements, mystérieusement introuvable.

Scénarisé avec beaucoup de brio et d'originalité, ce tome 1 devrait surprendre plus d'un lecteur ! L'actualité de Jean-Michel Ponzio est riche en ce moment : jetez donc un oeil sur Le complexe du chimpanzé avec Marazano, et vous serez là aussi en présence d'un petit bijou d'originalité !

Ici, on voit un pauvre peintre sans grande ambition basculer vers un monde qu'il est le seul à appréhender. L'homme ne veut absolument pas laisser paraître son handicap, à sa petite amie au moins. Mais quel effet cela vous ferait-il de ne voir que des gens grimés comme des clodos dans les rues ? Eh oui : les fringues neuves finiront toujours à l'état de vieilles nippes toutes moches...

En tout cas, ce monde du futur est très bien pensé et ça fourmille de détails : la seule solution qui restera à Poldonsky de voir les choses telles qu'elles sont, c'est de prendre des photos... Là, seul le papier de la photo vieillit, mais pas sa représentation.

Un scénario d'une originalité rare qui mérite le coup de coeur, le tout servi par des dessins sombres à souhait, ce qui colle parfaitement à cette ambiance si particulière ! Allez, je me jette sur Genetiks paru chez Futuropolis : c'est la nouvelle sortie des auteurs du Complexe du chimpanzé.

Ecrite par Clark, le 12 Juin 2007 à 07:06 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb