Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)
"inOui" à SNCF : un nouveau pas vers la privatisation ?!? (solidaires08)



 

Death Note - Black Edition (Tome 1)

 
  Ohba, Tsugumi & Obata, Takeshi
Edition : Kana, Collection : Dark Kana 2010, 387 pages ISBN : 978-2-5050-0905-4 12,50
 

Aujourd'hui, deux personnes bien différentes vont se rencontrer. D'une part, un dieu de la mort, Ryuk, qui perd ce qui fait de lui ce qu'il est. D'autre part un lycéen, Light Yagami, petit génie, qui s'ennuie à mourir dans son établissement et qui trouve l'objet en question : un Death Note. Malgré son ennuie, Light lit les premières pages du Death Note, qui sont des instructions écrites en anglais. Il suffit donc d'écrire le nom d'une personne pour la voir mourir d'une crise cardiaque au bout d'un délai de quarante secondes ! On peut aussi décider de décrire les circonstances de la mort ou l'heure précise. Il reste à ce que Light y croit. L'apparition de Ryuk à ses yeux va étonner ce dernier, car Light avait déjà pris sa décision... plusieurs pages du cahier ont déjà été écrites !

Avec un scénario novateur à l'époque, Death note est devenu au moment de sa sortie un véritable carton en France tout comme il l'a été au Japon. Actuellement, Death note  est une série parmi les plus possédées en France, avec Naruto, One Piece ou Fullmetal Alchemist. La série est pourtant relativement courte, douze volumes au total, plus un fan book expliquant les coulisses de la série. Mais vu le succès, les éditions Kana ont décidé de ressortir Death note sous une forme plus aboutie, cette présente Black Edition. Mais qu'a-t-elle de mieux que l'édition originale alors ?

Eh bien son format est déjà un peu plus grand, et le fait que l'intégralité de la couverture, y compris le dos et les tranches, sont effectivement complètement noires, hormis le titre en blanc cela va sans dire. D'autre part, chacun des volumes rassemble deux tomes de l'édition précédente. On attendra donc six volumes au total pour la Black Edition. Ce premier opus possède de surcroit ses six premières pages en couleurs. Cela vaut-il le coup ? Quand on possède déjà Death note, pas forcément. Par contre un nouveau possesseur ne doit pas hésiter une minute entre les deux éditions, ne serait-ce que pour le coût.

Revenons donc au contenu, car peut-être certains d'entre vous ignorent encore les qualités et défauts de Death note. Ces deux premiers volumes se montrent parfaitement aboutis. On y découvre un jeune homme parfaitement réfléchi qui décide que le monde sera meilleur si les hommes cessent de devenir des criminels, et pour enrayer cette criminalité, il décide de devenir lui-même le dieu de la mort, et le fait savoir. Ainsi apparaît Kira, et la peur sur le monde. D'autre part, un policier qui se terre tente de découvrir l'identité de ce fameux Kira, par des méthodes des plus efficaces. L, car tel est le nom qu'on lui attribue, a des attitudes et des manières de penser qui sont indéniablement efficaces. C'est l'affrontement entre l'intelligence de Light et celle de L qui donne toute sa saveur au manga.

Mais avant de faire l'acquisition de cette série, il faut savoir que à partir du volume sept (donc au quatrième volume de la Black Edition) la série perdra un peu de sa saveur, et commencera à trainer un peu en longueur. Certain mangaphiles n'hésitent d'ailleurs pas à décrier le succès de Death note, n'y trouvant pas les qualités vantées par les autres. Pour ma part, je pense que Death note est à connaître, et peut être apprécié de personnes qui n'ont pas l'habitude des mangas. La teneur du scénario a déjà permis de changer certaines mentalités à ce sujet, contrant des années d'idées reçues sur une assimilation entre violence et manga.

Ainsi, cette nouvelle édition pourra à mon sens attirer un nouveau public, qui n'est pas issu des acheteurs habituels de mangas. À ce sens, c'est une bonne idée. Espérons pour son éditeur que les ventes suivent.

Ecrite par Garion, le 23 Septembre 2010 à 13:09 dans la rubrique BD Manga .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb