Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Dans l'oeil du cyclone (Walking Dead - Tome 7)

 
  Kirkman & Adlard
Edition : Delcourt, Collection : Contrebande 2009, 138 pages ISBN : 978-2-7560-1723-5 12,90
 

Alors que Rick est rentré de Woodbury, Lori se met à rêver de Shane et de son aventure avec lui. Cela la ronge et elle aimerait bien en parler avec Rick. Mais celui-ci met tout de suite fin aux aveux de Lori ; il ne veut rien savoir. Il sait qu'il s'est passé quelque chose entre eux mais ne veut rien connaître des détails. Il veut seulement aller de l'avant avec sa femme, son fils et le bébé à naitre.

Maggie et Glenn décident de se marier. Même si les moyens sont rustiques, la cérémonie a quand même lieu avec tous les pensionnaires de la prison. C'est Hershel en personne qui célèbre l'office, étant donné qu'il est sûrement le plus pieu de tous. Malgré tout, l'ombre de Woodbury plane sur les rescapés : ils savent que le Gouverneur n'en restera pas là. C'est juste une question de temps avant qu'il ne rapplique avec ses hommes vers la prison pour la prendre d'assaut et se venger. Et de ça, personne ne le veut.

Alors, lentement mais sûrement, la protection de la prison s'organise. Mais il va falloir déjà surmonter le problème des munitions restreintes et qui ne cessent de diminuer.

Ce tome 7 de Walking Dead est un bon tome de transition. Un peu moins d'action (mais le tome précédent était quand même particulièrement riche, il faut bien le dire), mais cela permet de se recentrer sur les personnages. Les relations évoluent, comme toujours, et on n'est jamais à l'abri d'un membre de la prison qui pète les plombs ou qui meurt. C'est aussi de cette manière que Robert Kirkman, malgré le calme apparent, arrive toujours à maintenir une pression constante et soutenue dans son récit. Et il le fait à merveille, le bougre.

Charlie Adlard conserve son trait caractéristique et arrive toujours aussi bien à faire vivre les personnages et à nous faire partager les joies et les déboires de nos héros. Il se laisse parfois aller à des planches d'un seul dessin pour souligner certains passages importants, et cela rend très bien.

Ce tome 7 est donc certes un tome de transition, mais un tome pas moins essentiel que tous les autres de la série.

Ecrite par WongLi, le 01 Septembre 2009 à 09:09 dans la rubrique BD Comics .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb