Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Contes de Terremer

 
  Le Guin, Ursula
Edition : Le Livre de Poche 2008, 448 pages ISBN : 978-2-253-12366-8 6,95
 

Dans ce recueil où cinq nouvelles sont encadrées d'un avant-propos et d'une postface décrivant le monde de Terremer, Ursula Le Guin revient sur cet univers, que ce soit en expliquant (dans l'avant-propos) les raisons de ce retour, ou en en détaillant, pour la première fois, l'histoire et les langues (dans la postface). Quant aux nouvelles qui le composent, elles se situent à des moments divers de l'histoire de Terremer, et sont classées par ordre chronologique.

Le Trouvier se déroule pendant les âges sombres du monde, après la disparition des rois, quand les magiciens au service des différents seigneurs de guerre en amplifiaient les déprédations. L'histoire qui nous est racontée est celle d'un jeune "doué", Loutre, qui trouvera, non sans mal, le chemin de l'île de Roke pour y fonder une école de magie.

Rosenoire et Diamant est quasi intemporelle, puisque c'est une histoire d'amour contrarié, qui permet à l'auteur de revenir sur l'un des thèmes qu'elle évoque couramment, celui de l'appauvrissement mortel que peut représenter une "spécialisation" excessive.

Les os de la terre raconte l'histoire du jeune Silence, avant qu'il ne soit connu sous le nom d'Ogion, et de son maître Heleth, au moment du haut fait pour lequel le maître d'Epervier, et son ami, restera célèbre.

Dans le grand marais se déroule pendant la période où Ged est Archimage et dresse le portrait très convaincant d'un mage dévoyé par sa passion pour l'étude, celle-ci étant encouragée quelque part, par l'aridité humaine de l'Ecole de Roke. D'une certaine façon, c'est une réécriture "blanche" de l'histoire de Cygne, l'adversaire de Ged dans L'ultime rivage.

Libellule, enfin, postérieur aux évènements racontés dans Tehanu, et qui annonce Le vent d'ailleurs, revient sur cette légende de la parenté hommes/dragons, et nous montre la division des maîtres de Roke, due moins au départ de l'Archimage qu'à la transgression par l'un des leurs des limites naturelles, et donc de l'Equilibre. Et avec cette histoire se dessine un cercle, délicatement, comme sait si bien le faire l'auteur, puisque c'est une femme qui va ressourcer Roke, après que des femmes l'avaient fondé.

Indispensable pour tous les familers du cycle de Terremer, qui apprécieront d'approfondir cet univers, ce recueil pourra également y constituer une bonne introduction. On y retrouve tout l'art de Le Guin, très impressionniste, et ses personnages profondément humains. Un pur bonheur de lecture !

Ecrite par Mureliane, le 09 Juin 2008 à 11:06 dans la rubrique Roman Fantasy .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb