Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

Construire un feu

 
  Chabouté
Edition : Vents d'Ouest, Collection : Equinoxe 2007, 62 pages ISBN : 978-2-7493-0350-5 13,00
 

Nous voilà transportés après 1896, dans le Yukon. Nous sommes en pleine ruée vers l'or, vers le célèbre Klondike. Des milliers d'américains viennent, seuls, plus ou moins équipés, dans l'espoir de devenir riches. C'est l'un dentre eux que nous retrouvons ici, seul avec son fidèle chien. L'homme est chaudement couvert, il marche depuis longtemps. Il n'est pas encore midi et il est censé arriver au camp vers 18 heures, où l'attendent un bon feu et un bon repas.

Quels chochottes, tous ces vieux trappeurs ! Ce n'est quand même pas si difficile que ça, même par une température de -30 degrés... Seulement, notre homme se trompe, et son chien le sait bien, surtout lorsque son maître crache : la salive n'a pas le temps d'arriver par terre qu'elle gèle en plein vol, et ça, ça se passe à -45 degrés.

Et là, si notre homme avait un thermomètre, c'est -60 qu'il atteindrait ! Par ces températures, mieux vaut ne pas glisser dans un ruisseau : avoir les pieds mouillés serait une catastrophe... L'homme stoppe à midi, pour manger. Il fait un feu salvateur, dont il profite pendant peu de temps : il faut y aller, dépêche toi mon chien : on a intérêt d'arriver avant la tombée de la nuit...

Certes... Mais la précipitation est dangereuse dans ces contrées, car vous avez vite fait de glisser dans un faible ruisseau... Dans ce cas, il vaut mieux vite allumer un bon feu, mais lorsqu'on enlève les moufles pour manipuler les allumettes, on na pas beaucoup de temps avant que les doigts soient complètement engourdis. Ils avaient peut-être raison, les anciens : ce n'est peut-être pas une très bonne idée, de voyager seul dans ces froides contrées.

Eh bien : je peux dire une chose : il est rare quune BD aura été aussi rapidement dévorée ! Les dialogues sont inexistants, ce qui est normal devant la solitude de cet homme. Tout est compté, avec un rythme millimétré... Le tout est d'ailleurs tiré d'une nouvelle de Jack London, que je ne vous ferai pas l'affront de présenter ici. On dévore ce livre donc, emportés avec cet homme coincé dans une nature certes grandiose, mais si impitoyable...

Chabouté nous régale avec ce one-shot ultra efficace, et nous prouve encore tout son talent dans le neuvième art. On en redemande, évidemment, et on peut aller se noyer dans les trois tomes de Purgatoire pour se prendre une autre claque du même homme.

Ecrite par Clark, le 20 Octobre 2007 à 08:10 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb