Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)
Un délégué du personnel et militant SUD-Rail de Paris Saint-Lazare a mis fin à ces jours (solidaires08)



 

Club Dumas

 
  Pérez-Reverte, Arturo
Edition : Le Livre de Poche 2005, 446 pages ISBN : 2-253-07656-2 6
 

Le manuscrit du Vin d'Anjou, un chapitre des Trois Mousquetaires vient d'apparaître dans les mains de Luca Corso pour étude et analyse. Ce document unique a été vendu par un magnat de l'édition dont le suicide, quelques jours après, ne s'explique toujours pas. A côté de ce travail, le chasseur de livre accepte l'offre d'un richissime collectionneur passionné par le diable. Borja a fait acquisition d'un Neuf Portes du Royaume des Ombres d'Aristide Torchia. Cet ouvrage est connu pour permettre à son lecteur/utilisateur de faire apparaître l'ange des ténèbres lui-même. La légende dit que ce dernier aurait participé à la création de l'oeuvre de Torchia, qui a terminé sur le bûcher. Cependant, trois Neuf Portes sont catalogués et Borja pense le sien faux, il charge donc Corso de résoudre cette question, et si nécessaire, de se procurer les autres exemplaires, si jamais ils s'avéraient authentiques

La prime offerte par le collectionneur étant largement supérieure, l'ouvrage diabolique devient la priorité numéro un de Corso. Pour les analyses, il va aller rencontrer les autres propriétaires Son étude et l'aide de quelques collaborateurs vont lui permettre de mettre en lumière diverses spécificités qui n'ont l'air en rien innocentes.

Entre un verre de gin et une cigarette, Corso va remarquer des événements spéciaux se produire autour de lui. Premièrement, la veuve Taillefer (l'ancien propriétaire du Vin d'Anjou), une fois passée son indifférence, va mettre beaucoup d'ardeur à récupérer ce manuscrit. Ensuite, une jeune fille, fort belle et aux énigmatiques yeux verts se retrouve sur tous les chemins empruntés par Corso. D'autres mystérieuses situations vont également se produire, telles l'apparition d'un grand moustachu balafré ressemblant à la perfection au Rochefort d'Alexandre Dumas, la venue dune manipulatrice proche, tant au plan physique que caractériel, de Milady, ou encore la découverte de curieux messages signés par un certain Richelieu. Ces éléments vont rendre sceptique Corso et il va se mettre étudier un lien possible entre le manuscrit et le livre ténébreux. Il obtiendra de biens étranges conclusions en faisant ces rapprochements La clé permettant d'ouvrir les Neuf Portes du Royaume des Ombres se trouverait-elle dans les oeuvres de Dumas ?

Le Club Dumas est un roman exceptionnel ! Magistralement écrit, il mêle avec brio intelligence, découverte et histoire avec suspense, enquête et ténèbres. Si vous avez, comme moi, vu d'abord le film de Polanski, vous ne serez en rien déçus, ni par l'un, ni par l'autre. Les deux oeuvres sont assez différentes en fait, le rôle de certains personnage en particuliers et toutes les scènes « ratées » du film sont totalement différentes et bien mieux !

Le style de Pérez-Reverte est fluide et le vocabulaire, complexe par instants. Il a réussi à caractériser chacun de ses personnages principaux par une manière de s'exprimer qui leur est tout à fait propre. Ne vous attendez pas à, par exemple, un Allemand dont les « v » sont remplacés par des « f », cest beaucoup plus subtil. Cela rend les personnages attachants, je trouve le côté mercenaire de Corso, très sympathique. La narration est bien réussie, un personnage (Boris Balkan, expert en feuilletons) raconte l'histoire que Corso lui a contée à la fin du roman, en passant au mode narrateur-personnage dans les chapitres où il directement impliqué. C'est original est assez amusant à lire.

Ensuite, ce scénario, tortueux à souhait, apprend beaucoup de choses au lecteur (connaissances générales ou sur les livres plus particulièrement). De plus, ses méninges vont chauffer en essayant de devancer Corso dans ses conclusions !

Le final est grandiose, je ne veux pas vous gâcher le plaisir de la lecture, je n'irai pas plus loin dans l'explication, sachez juste qu'il sagit d'une des meilleures fins que jai lues...

A noter aussi, la présence de représentations des xylographies des Neuf Portes, de quelques photos, gravures et de tableaux à lintérieur du livre.

Avant de clore cette longue chronique, je vais introduire une petite note négative à propos de la couverture qui ne rend pas hommage au contenu. Elle est tout simplement moche.

Voilà un récit que je vais sans doute relire plusieurs fois mais avant, pourquoi ne pas essayer Les Trois Mousquetaires ? Mon latin nétant pas assez performant pour le Delomelanicon. Ce roman est splendide, je le recommande à tous les amateurs de bonne littérature ou juste d'histoires passionnantes !

Ecrite par Baern, le 18 Février 2008 à 13:02 dans la rubrique Roman Inclassable .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb