Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)
Un délégué du personnel et militant SUD-Rail de Paris Saint-Lazare a mis fin à ces jours (solidaires08)



 

Chercheur d'étoiles

 
  Bowler, Tim
Edition : Pocket Jeunesse 2008, 375 pages ISBN : 978-2-266-14906-8 13,50
 

A quatorze ans, Luc est un pianiste extrêmement doué. Un génie, aux dires de sa mère et de son professeur. Tout comme son père, mort deux ans plus tôt... Depuis ce décès, Luc ne sait plus qui il est. Il passe son temps dans les arbres, délaisse le collège, ses leçons de musique (non qu'il n'en aie tant besoin...), sa mère et sa maison, pour passer de plus en plus de temps à traîner avec Skin et sa bande. Il se laisse malgré lui entraîner dans une escalade de bêtise et de violence. Puis la rencontre avec une étrange et mystérieuse petite fille, qu'il entend pleurer dans sa tête, va bouleverser sa vie...

Voici un livre qui commence comme un banal roman pour adolescent. Un garçon doué mais perturbé par les difficultés de la vie, replié sur lui-même, qui se laisse entraîner à commettre des actes répréhensibles ; une mère maladroite, mais pleine de bonne volonté ; une jolie fille amoureuse du garçon précédemment cité... J'ai donc commencé la lecture sans enthousiasme, presque blasée d'avance. Et là pffff... quelle claque ! Dès le second chapitre, j'ai été aspirée par un récit extrêmement bien maîtrisé, surprenant de sensibilité, d'intelligence et d'émotion. L'écriture, assez simple pour accrocher les ados, reste néanmoins d'une grande recherche. La traduction de qualité nous laisse (pour une fois) oublier que ce n'est pas le texte original que l'on a sous les yeux...

Cette histoire, banale en apparence, est totalement magnifiée par la présence de la musique dans le livre et dans la vie de Luc. Il se trouve que le jeune homme, tout comme son père, a "l'oreille absolue" : il peut traduire en notes de musique chaque son, le plus insignifiant soit-t-il : de l'eau qui coule d'un robinet, le bruissement du vent dans les arbres, les pleurs d'un enfant... Ce don, seul lien qui le rattache encore à son père mort, va lui permettre de surmonter ses difficultés et de trouver, enfin, sa raison de vivre.
Et des difficultés, on peut dire que Luc en rencontre : le deuil de son père, puis l'emprise d'une bande fascinée par la violence... Il devra également apprendre à gérer ce don qui fait de lui un être à part.

Le talent de Tim Bowler, c'est de faire passer le lecteur par toute une gamme d'émotions : il le confronte à des scènes de violence, de terreur et de douleur, puis le repêche en lui offrant des images magnifiques, pleines de justesse et d'émotions. On entend presque la musique que joue Luc... Je n'y connais rien en musique classique, mais j'ai souvent eu envie d'entendre les morceaux dont les références émaillent le texte.

Une très belle découverte pour moi que ce roman. Une belle variation pleine d'intelligence sur la musique, l'amour, la tolérance, et les relations entre générations. Un grand bravo à l'auteur que j'espère relire très bientôt.

Ecrite par Naolou, le 17 Octobre 2008 à 19:10 dans la rubrique Roman Jeunesse .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb