Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Permanencs juridiques en droit du travail (solidaires08)
Ordonnances Macron sur le travail... ce qu’il faudra combattre ! (solidaires08)
Préparons la rentrée sociale (solidaires08)
Pour un Code du Travail protecteur des salarié.e.s, non à la loi travail XXL ! (solidaires08)
Conseil départemental : le PARI de se TAIRE ! (solidaires08)



 

C'est l'Inuit qui gardera le Souvenir du Blanc

 
  Bathelot, Lilian
Edition : Le Navire en Pleine Ville, Collection : Sous le vent 2006, 256 pages ISBN : 2-916517-04-9 13,50
 

Kisimiippunga, jeune Inuit demeurant au Groenland, est en train de découper le corps d'un caribou, fruit de ses exploits accomplis lors du passage rituel de la Première Chasse, lorsqu'elle perçoit un mouvement à l'extrémité de son champ de vision. En observant à l'aide de ses jumelles, elle voit une pulka suivit par une meute de loup, ce qui est assez inhabituel, voire anormal. Aussitôt, elle se sent dans l'obligation d'agir et, ayant abandonné sa proie, elle met en joue le loup le plus proche.

En France, du côté de Montpellier, l'officier La Gauffre a retrouvé la trace de l'implant du Commandant Manuel Diaz, porté disparu et qui se trouve en possession d'informations de la plus haute importance concernant un incident baptisé l'Esquive, appellation qui recouvre en fait la disparition d'une partie des continents de tous les moyens de contrôle de la zone sécurisée, fait inquiétant et préoccupant.

Dans ce roman de science-fiction, Lilian Bathelot dépeint un monde partagé en deux entre des zones sécurisées qui rappellent l'univers de Minority Report de Philip K. Dick et notamment dans le fait que l'on puisse prévoir un meurtre avant qu'il ne soit commis. Tout y est sous surveillance, sous contrôle. C'est dans ce climat de sécurité renforcée et de très haute technologie qu'évolue l'officier La Gauffre, dit " Gaufrette ", qui fait parfois montre d'autoritarisme et qui semble un peu obtus, manquant d'ouverture d'esprit. Son acolyte, Damien Coste, encore sous le choc de l'annulation de son congé et donc de son ascension montagnarde est, quant à lui, plus franc du collier. Il ne mâche pas ses mots et tient des propos un peu moins durs en ce qui concerne les indigènes comme on les nomme. Le Groenland ou Kalaalit Nunaat fait partie de la zone franche dans laquelle demeure le peuple Inuit. Ici, les gens ne possèdent pas d'implants et vivent selon les coutumes ancestrales. C'est le cas de Kisimiippunga, qui après avoir brillamment réussi ses études, est revenue faire de la recherche sur les narvals au Groenland. Elle n'est pas seulement intelligente, mais excelle également dans l'art de la chasse et possède un véritable don qu'elle appelle " intuition ". Elle est orpheline et très jolie. Il est aussi beaucoup question de son amoureux, Knud, rencontré au Danemark durant ses études et qui a décidé de la suivre étant lui-même sans attaches familiales. Pourtant, telle l'Arlésienne de Daudet, si on parle beaucoup de lui, on ne le voit jamais apparaître en propre dans le livre. Il ne faut pas oublier Manuel Diaz qui est le personnage central de ce roman et qui est à cheval sur les deux mondes. En effet, il a décidé, au cours de son enquête sur le phénomène de l'Esquive de tout plaquer et de partir seul pour le Groenland retrouver Kisimiippunga dont il a étudié les travaux de recherche sur la particularité des narvals.

On a affaire à un roman sympathique déchiré entre un monde ultra moderne où la technologie et la surveillance règnent en maître et un monde qui ne demande qu'à vivre selon les traditions de ses différentes populations ou tribus, qu'ils s'agissent des Inuits ou des Indiens d'Amérique. Chacun a sa propre vision de l'univers parfait dans lequel il souhaite évoluer mais il existe des personnes à l'instar de Damien Coste qui sont indécises. Ce dernier est implanté et vit dans la zone sécurisée, pourtant les revendications de ces peuples ou leur façon de vivre ne lui semble pas aberrantes. Manuel Diaz, lui, a décidé de sauter le pas et de se réfugier en zone franche alors qu'il occupait un poste de commandement dans la zone sécurisée. Il est même allé jusqu'à se faire ôter son implant.

Ce roman est écrit dans un style courant à tendance familière avec beaucoup d'abréviations mais aussi l'utilisation parfois à outrance d'un vocabulaire technique très précis et spécialisé. La fin laisse un peu le lecteur dans l'expectative car il aurait été intéressant d'assister à la Confédération des Nations Premières et de connaître l'impact de la découverte de l'Esquive sur la partie continentale sécurisée. Mais peut-être l'auteur prépare t-il un deuxième tome ? À suivre.

Ecrite par Sig, le 18 Septembre 2006 à 14:09 dans la rubrique Roman Sf .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb