Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
(Vidéos SAF) Projet d’ordonnance(s) travail - décryptage (solidaires08)
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)



 

Bleu poussière

 
  Richard, Jennifer D.
Edition : Pocket 2010, 286 pages ISBN : 978-2-266-17922-5 5,90
 

Ladislas ne peut pas rentrer chez lui, où habitent des gens qu'il ne connaît pas. Mais les clès qu'il a en poche ouvrent la maison d'un nommé Kaël Tallas, qui semble un ponte de ce pays étrange où les oiseaux chantent, où les rues sont propres, et où les gens disent bonjour dans le métro... mais d'où les SDF, les handicapés et les vieux semblent avoir totalement disparu. Et qui est ce Kaël amoureux d'un drôle de bleu qu'il est censé être ?

"Mais je ne suis plus moi / Et ma maison n'est plus la mienne" ("Pero yo ya no soy yo / Ni mi casa es ya mi casa", trad. personnelle, extrait du Romance somnabule, de Federico Garcia Lorca). Ce poème vient irrésistiblement à l'esprit à la lecture de ce roman remarquable.
Même si on pense d'abord à une oeuvre de Science-Fiction basée sur le thème du double - et qui est l'ombre de l'autre ? - c'est en fait de quelque chose de différent qu'il s'agit. Personnellement, j'avoue n'avoir pas envisagé tous les développements imaginés par l'auteur pour expliquer ce qui arrive à son personnage, mais a posteriori, en replaçant toutes les péripéties dans leur contexte "réel", tout prend un autre sens. Comme dans un dessin de Rorschach, si on veut : après avoir vu les deux personnages, d'un coup c'est la coupe qui apparaît, grâce à une sorte de cillement mental inconscient.

Mais pour autant il serait dommage de balayer la dystopie très soft qui nous a été soigneusement dessinée, et qui est à la fois très rationnelle, très délirante... et très vraisemblable, comme toute dystopie vraiment effrayante.

Avec ses multiples facettes, toutes passionnantes, ce premier roman est vraiment impressionnant, surtout dans un format aussi court, et le nom de l'auteur est à retenir.

Ecrite par Mureliane, le 07 Juin 2010 à 10:06 dans la rubrique Roman Sf .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb