Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Blanche Neige contre Merlin l'enchanteur (Quand les dieux buvaient - Tome 2)

 
  Dufour, Catherine
Edition : Le Livre de Poche 2009, 672 pages ISBN : 978-2-253-12541-9 7,50
 

Entre un Angelot berceur de Marmots morts trop tôt, et un Archange désoeuvré par Sa biture permanente, puis Sa disparition, et réduit, pour ne pas mourir, à aspirer du marmot, ça ne devrait pas coller. Ils se retrouvent pourtant complices pendant des siècles de massacres, après que l'Archange s'est débrouillé tout seul pour élaborer à ses propres fins, et non sans peine, la légende arthurienne, et avant que l'Angelot ne lui plante un pieu dans le coeur, l'expédiant ainsi droit chez Blanche Neige.
Et si vous vous demandez qui est responsable de toutes les mésaventures survenues tant aux humains qu'aux peuples féeriques, vous apprendrez dans L'immortalité moins six minutes, que sont pour le moins suspects Tolkien, Peter Jackson, St Exupéry et quelques autres, qui ont fatalement détourné l'attention de deux fées en mission urgente.

Ebouriffants à la fois de culture et d'humour, ces deux romans de Catherine Dufour sont remarquablement écrits. L'auteur prend soin d'expliquer en postface sa méthode de travail, les circonstances de leur mise au monde, ainsi que ses sources. Elle réussit l'exploit de rester parfaitement fidèle à l'histoire connue, que ce soit celle d'Arthur ou celle de Frodon, tout en la narrant sous un angle complètement différent, histoire de touiller les notions de prédestination vs liberté et autres grands thèmes qu'elle se garde bien d'exposer explicitement, mais qu'il n'est pas interdit au lecteur de revoir au passage. Et tout psy ou écoutant d'endeuillé ne pourra que tomber d'accord avec sa définition, d'une précision lapidaire, du problème que pose cette fréquentation particulière.

On retrouve dans cet opus les mêmes qualités que dans le premier - imagination foisonnante, génie de l'image, du mot, du nom, qui font mouche, écriture d'une élégance discrète mais sûre, tendresse tout aussi discrète pour ses personnages - et il serait donc bien dommage de s'en priver.

Ecrite par Mureliane, le 14 Juillet 2009 à 11:07 dans la rubrique Roman Fantasy .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb