Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)
"inOui" à SNCF : un nouveau pas vers la privatisation ?!? (solidaires08)



 

Bitterwood (L'âge des Dragons - Tome 1)

 
  Maxey, James
Edition : Le Pré aux Clercs 2010, 495 pages ISBN : 978-2-84228393-3 21,50
 

Bant Bitterwood est depuis toujours amoureux de Récanna. Et il attend avec impatience la Nuit de l'Ensemencement de son quinzième anniversaire pour concrétiser ses désirs. Malheureusement tout le monde ne l'entend pas de cette oreille. Son frère Jamoth notamment : en cette nuit offerte à la Déesse, chaque homme peut avoir des relations sexuelles avec n'importe quelle femme. Bant est trop faible pour lutter contre son aîné, il va donc encore une fois le laisser agir à sa guise. C'est alors que, surgi de nulle part, apparaît Hezechiah, prophète d'une nouvelle religion. De taille impressionnante et armé d'une hache d'une taille non moins extraordinaire, il défait Jamoth et tout villageois qui souhaiterait continuer à s'adonner au culte païen de la Déesse, et s'opposerait à lui. Dans la foulée, il marie Récanna et Bant, et fait de ce dernier son disciple. Pour Bant, le bonheur est à portée de main… Dix ans plus tard, Bant est seul, solitaire et chasseur de dragons. Ce premier tome de L'Âge des Dragons est son histoire.

James Maxey a passé dix ans à écumer les cours d'écriture avant de donner naissance à ce roman. Et ça se sent ! Tout y est parfaitement millimétré ; telle une montre bien huilée, l'action se déroule sans accroc, ni temps mort, l'univers est original et l'intrigue prenante. La langue simple mais propre porte le lecteur de Bitterwood d'un bout à l'autre du texte sans qu'il s'en rende compte. Alors le seul souhait qu'il reste à émettre est le suivant : pourvu que l'auteur n'ait pas besoin d'une nouvelle dizaine d'années pour écrire le prochain tome !

Ecrite par Pantalaimon, le 12 Juillet 2010 à 10:07 dans la rubrique Roman Fantastique .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb