Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Beau comme un Diyo (Tessa Agent Intergalactique - Tome 3)

 
  Mitric, Louis & Lamirand
Edition : Soleil 2005, 48 pages ISBN : 2-84946-251-9 12,50
 

Tessa est dans son lit et réveillée avant l'heure. Si, si ! C'est qu'elle va devoir avoir une discussion avec sa mère au sujet de son ornement capillaire. Et elle ne sait vraiment pas quoi lui dire. Comment lui faire comprendre que c'est quelque chose de vital pour elle, sans pour autant entrer dans les détails de sa mission d'AI ? Pas simple. Heureusement que son père passait dans le coin, a vu de la lumière et a été parler avec sa mère

Ce détail réglé, Tessa est encore en retard pour aller à l'école et rate une fois de plus le bus. Elle décide alors de traverser par les jardins des voisins. Arrivée, après moult acrobaties et sauts en tous genres, dans celui de monsieur Koaffar, elle est surprise par deux énormes chiens. Pas d'autre choix pour leur échapper que de se réfugier dans la cave de ce monsieur, dans laquelle se trouve une machine plus qu'improbable.

Improbable ? Pour une AI ? Allons, un peu de sérieux

Troisième tome de cette charmante série et, paf, encore une bonne baffe ! Non seulement il confirme que Tessa est une série sur laquelle il va falloir compter, mais en plus on en rajoute une couche avec de l'humour un peu plus fin, qui va plus se retrouver dans les situations plutôt que dans les vannes et aussi un approfondissement du monde. On en apprend plus, notamment, sur le Sideral Killer. Bref, le scénario se tient, arrive à faire avancer le monde tout en nous balançant de petites blagues à droite à gauche. Et pire, les auteurs prennent même plaisir à nous renvoyer aux tomes précédents pour des détails. C'est-y pas dingue tout ça ?

Côté dessin, rien à redire. Louis maîtrise de mieux en mieux son personnage et arrive à la mettre en mouvement de manière beaucoup plus recherchée. Quant à ses perspectives sur le monde-machine, elles sont tout simplement sublimes.

Bref, Tessa AI, c'est vraiment du bon, et vous en ressortez toujours avec la banane.

Ecrite par WongLi, le 13 Décembre 2005 à 13:12 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb