Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)
"inOui" à SNCF : un nouveau pas vers la privatisation ?!? (solidaires08)



 

Bangkok 8

 
  Burdett, John
Edition : 10/18 2009, 432 pages ISBN : 978-2-264-04978-0 8,60
 

Alors que les inspecteurs Sonchaï Jitpleecheep et Pichaï suivaient en voiture William Bradley, un ancien marine, celui-ci est assassiné de façon à la fois originale et spectaculaire : empoisonné par des morsures de cobras, et attaqué de surcroît par une python, tous drogués jusqu'aux yeux, dans une voiture hermétiquement close. Pichaï meurt, accidentellement mordu par un cobra. De ce moment, l'inspecteur S. Jitpleecheep fait une affaire personnelle de se venger de ceux qui ont causé la mort de son frère de coeur.

Dans son collimateur : la sculpturale Fatima, sortie mystérieusement de la voiture avant l'attaque des reptiles, le colonel Vikorn, en charge du 8e district de la police de Bangkok, et à ce titre supérieur diret des deux inspecteurs, et le joaillier américain Warren.

Ce roman est très dépaysant, d'une façon qu'il n'est pas forcément facile de décrire. Certes, l'usage de serpents drogués pour commettre un meurtre est plus original que le classique instrument contondant, mais c'est surtout les personnages, et par conséquent les relations qu'ils entretiennent qui paraissent souvent obscurs, l'exemple type en étant les rapports Jitpleecheep / Vikorn. Il y a dans cette histoire des personnages féminins extra-ordinaires, au sens littéral du terme, qu'il s'agisse de Nong ou de Fatima, à côté desquelles "Miss FBI" fait pâle figure.

En règle générale, d'ailleurs, les protagonistes américains sont assez mal traités par leur créateur, montrés comme naïfs et facilement manipulables. C'est loin d'être déplaisant, mais peut surprendre.
L'écriture est fort habile, la construction impeccable, avec un bon équilibre entre scènes d'action et scènes plus méditatives. Pour le lecteur curieux et qui aprécie d'être pris à contre-pied, ce roman est vraiment un excellent moment de lecture.

Ecrite par Mureliane, le 20 Juillet 2009 à 10:07 dans la rubrique Roman Polar .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb