Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)
"inOui" à SNCF : un nouveau pas vers la privatisation ?!? (solidaires08)



 

Arkhangelsk (Nero - Tome 2)

 
  Mutti, Crippa & Bussacchini
Edition : Casterman, Collection : Ligne Rouge 2007, 56 pages ISBN : 978-2-203-00334-7 9,80
 

Giuliano Nero a enfin arrêté celui que l'on surnommait le fossoyeur. Seulement, l'affaire ne s'arrête pas là. Elle ne peut s'arrêter là. Parce que même du fin fond de sa cellule, le fossoyeur continue de tourmenter Nero. Celui-ci avait déjà été marqué par l'enquête, parce que suivre, traquer et arrêter un tel psychopathe demande d'entrer dans son cerveau malade. Mais en plus, le fossoyeur s'attaque maintenant à Nero en personne. Avant d'être arrêté, il avait en effet tué Sarah, une ancienne petite amie de Nero, qu'il ne découvrira qu'après avoir arrêté l'homme. Il ne peut donc plus se venger de lui.

Seulement, quand, dans un transfert de prisonnier, Vanenko s'échappe, Nero y voit l'occasion d'assouvir sa vengeance, et de réparer ses erreurs. Mais l'esprit de Nero n'est-il pas déjà trop perverti pour gagner l'absolution ?

Du Grand Art. C'est l'impression que cela donne quand on referme ce deuxième tome de Nero. Autant au niveau du dessin, mais Mutti n'a plus de preuves à donner à personne, qu'au niveau du scénario. Ce dernier nous ballade à droite et à gauche pour finalement nous faire arriver là où il le souhaite. Certains diront peut-être que la fin était prévisible, mais il faut avouer qu'elle est admirablement amenée et qu'on prend plaisir à se faire balader de la sorte. Et la fin promet des prochains tomes très intéressants du moins, je l'espère.

En tous cas, chapeau bas pour ce tome excellent qui ne demande maintenant plus qu'une chose : son adaptation au cinéma.

Ecrite par WongLi, le 30 Juillet 2007 à 18:07 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb