Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)
Un délégué du personnel et militant SUD-Rail de Paris Saint-Lazare a mis fin à ces jours (solidaires08)



 

Apocalypse Junction (Le commandeur - Tome 8)

 
  Honaker, Michel
Edition : Fleuve Noir, Collection : Anticipation 1991, 186 pages ISBN : 2-265-04496-2
 

Le mère Nathan Sax avait été envoyé par son supérieur, le père Dwight, afin d'examiner une épave d'un voilier échoué là où aucune mer n'avait pu se trouver à un moment de l'histoire de l'Homme. Il en émanait une aura malveillante et Sax, en bon exorciseur, aurait peut-être des réponses à apporter aux interrogations que son église se posait. Malheureusement pour lui, sa visite fut brève et létale.

Angus Paradon était poursuivi. Malgré ses pouvoirs, il savait que son poursuivant était un adversaire redoutable. Il avait beau lui-même se croire un des quatre Cavaliers de l'Apocalypse, Ebenezer Graymes n'était pas un adversaire que l'on pouvait prendre à la légère. Surtout quand il était en quête de réponse et d'un objet, comme celui que possédait Paradon. Mais Graymes obtenait presque toujours ce qu'il désirait. Et tant pis pour Angus Paradon. Malheureusement, le cadastre qu'il réussit à récupérer était en morceau, inutilisable. Il lui fallait en obtenir un nouveau pour essayer de localiser l'endroit de cette émanation qu'il ressentait et contre laquelle le Veilleur de l'Infini l'a mis en garde.

Voici un tome de Le Commandeur qui sonne différemment des autres. Peut-être parce que c'est la première fois où Ebenezer Graymes se pose réellement des questions sur sa condition et sa vie. Il a même quelques courtes pensées sur un éventuel abandon de sa charge. Mais il se rend vite compte qu'il ne pourra jamais vivre une vie normale ou même faire semblant le jour pour se livrer à ses occupations la nuit. Donc, même si le tome ne démérite pas sur l'action, comme il se doit, l'ambiance y est différente, pour notre plus grand plaisir.

Le Commandeur est donc toujours une série aussi prenante et palpitante qui aurait encore de nombreuses choses à nous dévoiler sur le monde caché et souterrain qui est celui de Ben Graymes.

Ecrite par WongLi, le 04 Septembre 2009 à 13:09 dans la rubrique Roman Fantastique .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb