Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

Amour et mort (Walking Dead - Tome 4)

 
  Kirkman & Adlard
Edition : Delcourt, Collection : Contrebande 2008, 136 pages ISBN : 978-2-7560-1333-6 12,90
 

Les survivants ont commencé à prendre leurs marques dans le pénitencier dans lequel ils ont élu domicile. Seulement, les décisions arbitraires et radicales de Rick ont mis le feu aux poudres et les anciens prisonniers, dirigés par Dexter, ont décidé de reprendre les choses en main. Dans une ancienne aile de la prison, ils ont trouvé des armes et menacent donc le groupe de Rick, tout en leur demandant de partir. Bien entendu, Rick ne compte pas laisser derrière lui la protection que leur offre la prison, pas après tout ce qu'ils ont vécu. Mais Dexter semble bien décidé à ne pas céder.

Seulement, en récupérant les armes, Dexter et les autres n'ont pas fait attention que l'aile de la prison n'avait pas été nettoyée des rôdeurs. Et les portes sont restées ouvertes ! C'est donc une parée de morts vivants qui déboule des portes. Tous les vivants doivent faire front commun et, dans le tumulte, Rick en profite pour tirer une balle dans la tête de Dexter. Seul Tyreese le remarque.

C'est alors qu'arrive aux portes de la prison une vivante, Michonne, qui tient deux zombies en laisse. Qui est-elle ? Comment a-t-elle pu survivre seule dehors ?

On pensait que la série était excellente et qu'il allait être difficile de faire toujours mieux ? C'est sans compter sur le talent de Robert Kirkman qui nous fait plonger toujours plus loin dans l'horreur. Pas l'horreur des morts vivants, parce que, finalement, on s'habitue à leur présence et les scènes avec eux ne sont là que pour justifier les relations futures entre les personnages vivants. Mais c'est bien dans ce jeu des relations et de ce que l'homme peut faire, ou même envisager, dans une situation extrême que se situe l'horreur. Même si la situation n'est pas réelle, on sent tout le travail précis et terriblement efficace qui est fait pour donner du crédit à cette situation, tout en pouvant s'inspirer de situations réelles où la survie prévaut sur tout. C'est terrible et captivant, d'une manière dérangeante. Du grand art.

Au dessin, Charlie Adlard a complètement pris les rennes et peut maintenant oser un peu plus sur certains plans, certains détails. C'est fluide, cinématographique à souhait et on en redemande. Le travail qu'il effectue sur les émotions humaines est aussi pour beaucoup dans le ressenti de la lecture. Même si l'histoire est captivante, sans le mariage parfait avec le dessin, son impact serait moindre.

Walking Dead n'est pas qu'une série. C'est une série indispensable, qu'on aime les histoires de zombies ou pas !

Ecrite par WongLi, le 11 Juillet 2008 à 14:07 dans la rubrique BD Comics .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb