Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

Âme rouge (Blacksad - Tome 3)

 
  Canales & Guarnido
Edition : Dargaud 2005, 54 pages ISBN : 2-205-05564-X 13
 

Blacksad a dû accepter un job de garde du corps pour un milliardaire joueur. Que voulez-vous, on ne fait pas toujours tout ce que l'on veut. Mais, tout malheur apporte généralement sa part de bonne chose, et Blacksad va se retrouver dans une conférence sur l'énergie nucléaire ou il va retrouver un vieil ami, Otto Lieber. Candidat au prix Nobel, il est devenu un éminent scientifique. Et c'est rapidement que Blacksad va être invité à une fête donné par une sorte de mécène : Gotfield.

Malgré l'impression désagréable que lui laisse tout de suite ce dernier, notre détective accepte, pour parler du bon vieux temps. Il se retrouve en fait dans une fête des " Douze apôtres ", douze personnalités, intellectuels, ayant plutôt l'âme à gauche. Ce qui n'est pas très bien vu en cette époque troublée. Le lendemain matin, on retrouve le cadavre d'un des douze.

Blacksad est alors persuadé qu'il s'agit d'une méprise et que c'était Otto qui était visé. Il ne lui en faut pas plus pour se sentir impliqué.

Encore un tome. Encore une réussite. On change quelque peu d'ambiance, moins noire, même si on reste dans le même espoir. Il n'y a qu'à voir la couverture ; c'est la première où Blacksad sourit. Bon, il est en charmante compagnie, certes, mais quand même. De même, on note l'utilisation de couleurs plus vives, plus chaudes. Notre héros a-t-il enfin vaincu ses démons ? Je ne pense pas, mais une pause de temps en temps ne fait pas de mal.

Côté scénario, on laisse les problèmes de racisme pour un autre de l'époque : la bombe et les communistes. Bien sûr, l'un va difficilement sans l'autre, sinon, comment faire peur aux braves citoyens ? Encore une fois, le sujet est traité avec intelligence et subtilité et c'est un vrai bonheur.

Blacksad fait vraiment partie de ces séries qu'il faudrait dans toute bonne bédéthèque.

Ecrite par WongLi, le 12 Décembre 2005 à 14:12 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb