Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Alis (Ewen - Tome 1)

 
  Arinouchkine & Oger
Edition : DM 2008, 84 pages ISBN : 978-2-356-74000-7 15
 

Il y a quelques temps déjà, les Norwegs, un peuple brutal venu de terres arides, sont venus envahir les Slivens, lesquels n'étaient pas du tout préparés à la guerre. Les deux peuples finissaient par cohabiter, bien que certains massacres furent régulièrement perpétrés. La légende raconte la naissance d'un enfant Sliven dans des conditions sanglantes. Cet enfant naquit en même temps qu'un immense dragon, d'où son surnom de Frère du Dragon, également appelé Ewen.

Ewen est aujourd'hui le plus beau des Slivens, et il est à la tête d'un millier de cavaliers. Jusqu'à ce que ces derniers soient totalement décimés ! Ewen est parvenu à s'échapper de la cruauté des Norwegs, certes, et il est récupéré quasiment mort par une magnifique jeune fille Sliven du nom dAlis. Le même jour, c'est un poète Norweg, handicapé, qui est également sauvé des eaux dans le même village par un dénommé Budoc le Fou.

La volonté des Dieux ne peut être remise en cause : c'est ce que disent les rêves de Ewen et Alis : un voyage est à faire, dont seul Alis connaît le chemin. Les voyageurs devront être au nombre de quatre : Alis, Budoc, Riwall le Norweg et Ewen le Sliven. Rapidement, les barrières se construisent entre Riwall et Ewen Ewen se révèle ainsi de plus en plus brutal au cours du voyage envers le Norweg. Brutalité qui se transformera vite en haine, puisque la passion amoureuse à l'égard dAlis grandit chez les deux rivaux.

Tiburce Oger. Ce nom vous dit vraisemblablement quelque chose (sinon, jetez un oeil à Gorn ou au plus récent La forêt). Le scénariste a absolument tenu à écrire une histoire de fantasy lorsqu'il a aperçu le travail magnifique du russe Arinouchkine. Et il est clair que l'on ne pourra lui donner tort.

Le dessin est absolument magnifique. Détaillé au maximum, les représentations des paysages et décors, de l'eau, des personnages, sont absolument saisissantes de réalisme et de beauté. Je vous conseille sur ce point vivement de vous ruer sur l'édition originale, qui comprend en supplément un cahier de croquis de 32 pages. Ce supplément justifierait à lui seul lachat de l'album .Et je pense que l'EO disparaîtra des rayons assez rapidement.

Côté scénario, c'est plus classique, mais pas dans le mauvais sens du terme : on a un vrai travail des personnages, avec une relation intéressante entre Ewen et Riwall, sur fond de rivalité amoureuse avec la belle Ewen. Ewen est certes superbe physiquement, il n'en demeure pas moins un véritable animal, prêt à tout pour parvenir à ses fins : ce contraste entre le physique et la noirceur de l'âme n'est pas courant.

Une BD absolument magnifique, sur laquelle vous pouvez vous ruer !

Ecrite par Clark, le 07 Juillet 2008 à 10:07 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique



vous avez tout dit
Ecrit par Anonyme le 10 Septembre 2008

j'ai craqué moi même sur cette bd passionné sur le moyen âge fantastique vous décrivé cette bd comme j'ai pu la ressentir effectivement pour ce nouvel auteur je lui mais un 10 car tout ai bien structuré l'histoire les personnages au reste même sur la fin de l'histoire les dessins son magnifique ils vivent réellement en espérant que la personne d'on je l'ai offert vas l'adorer comme moi vivement le tome 2

Répondre à ce commentaire




© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb