Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
(Vidéos SAF) Projet d’ordonnance(s) travail - décryptage (solidaires08)
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)



 

Agônia

 
  Serfaty, Thierry
Edition : J'ai Lu, Collection : Thriller 2010, 407 pages ISBN : 978-2-290-01509-4 7
 

Ils pensaient avoir stoppé net le meurtrier, celui-ci ayant préféré se donner la mort plutôt que de se rendre à la justice. Et pourtant, les suicides ont continué. Ces hommes et ces femmes qui affrontent leur pire phobie en la défiant dans la mort. Ce mouvement porte un nom : le fight. Pour le couple d'inspecteurs Erick et Laura Flamand, le cauchemar recommence. Arriveront-ils à identifier ces maîtres, manipulateurs des sentiments humains ?

Un maître initiatique, des suicides effroyables, des enfants regroupés dans une institution de soins, une enquête policière inaboutie, des manipulations médicales, un consultant psychiatre. Des thèmes que l'on retrouve dans de nombreux thrillers. Mais quand on les associe, ils donnent au roman une orientation particulière et effroyable. Thierry Serfaty présente un concept original. Peut-on débarrasser un être humain de ses peurs, voire aller plus loin en inhibant tout sentiment chez l'Homme ? La trame est finement écrite : on ne rentre pas directement dans la secte comme l'aurait fait un policier en immersion ou grâce à une perquisition. L'enquête nous prend par surprise : des images reviennent sur la toile, des cadavres sont retrouvés alors que tout le monde avait mis un point final à l'énigme. Il faut reprendre de zéro. Et comme un film de Tarentino, l'auteur réécrit les faits depuis le début.

Même si le développement médical de l'enquête est discret, il est la réponse aux actes de suicides des victimes. Une électrode insérée dans une partie bien précise du cerveau permettrait d'inhiber les phobies. Comment ne pas penser à l'auteur Robin Cook qui utilise le médical comme intrigue de ses complots. Dans Agônia, le lecteur n'est pas bombardé par les termes médicaux mais il y a le strict nécessaire pour comprendre toutes les implications d'une manipulation du corps humain. Quant à Cook, il en a fait son cheval de bataille pour dénoncer toutes les dérives des recherches scientifiques, si on n'en contrôle pas les limites. Ici, les risques sont grands et les héros du roman en ont bien conscience.

Thierry Serfaty dépeint des personnages poignants. Dotée d'un caractère fort, Laura se laisse entraînée par ses sentiments : colère, jalousie, méfiance. Tout est prétexte à de grands éclats de voix ou à des frasques de sa part. Intelligente, elle sait utiliser son caractère de feu pour charmer, manipuler et entraîner son entourage à sa suite. Erick est son contraire. Calme, réfléchi, il s'exprime rarement, en se servant souvent de monosyllabes ou de mots successifs. Il préfère se tenir en retrait, quitte à laisser le champ libre aux fantaisies de sa femme. Marina, leur chef, est indispensable pour que le duo fonctionne : elle sait calmer la fougueuse Laura comme traduire les non-dits d'Erick. Son sens inné de l'organisation permet de présenter chaque affaire de façon réfléchie et structurée. Or sous chaque personnage se cachent des failles, des faiblesses. Pourquoi Laura ne peut-elle pas envisager la maternité, événement tant désiré par son mari ? Pourquoi Erick, homme séduisant et musclé, se protège-t-il tant de son environnement ? Pourquoi Marina exprime-t-elle envers ses deux inspecteurs autant d'élan maternel ?

Agônia est très complet : thriller psychologique, médical, enquête policière, suspense. Tout est là pour surprendre le lecteur et le tenir jusqu'au bout. Pour un roman qui veut montrer l'inhibition des sentiments, le lecteur se retrouve à en ressentir de nombreux : amour, colère, peur, attente... L'auteur aime aussi reprendre les personnages de précédents écrits. Cela donne envie d'aller fouiner dans les oeuvres de Thierry Serfaty afin de se plonger à nouveau dans le bon goût. Un véritable coup de coeur que je conseillerais fortement à tout fan de thriller médico-psychologique.

Ecrite par Emily, le 24 Septembre 2010 à 15:09 dans la rubrique Roman Polar .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb