Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

Adieux et retrouvailles (L'assassin royal - Tome 13)

 
  Hobb, Robin
Edition : J'ai Lu 2007, 378 pages ISBN : 978-2290002964 7,60
 

Sur l'île d'Aslevjal, Tom Blaireau et ses compagnons ont libéré Glasfeu de son sarcophage glacé. Cela n'a pas été sans mal et cela ne s'est pas fait sans pertes. Un combat opposant Glasfeu, Tintaglia et un dragon de pierre cauchemardesque sortie de l'antre de la Femme Blanche s'est déroulé et a nécessité l'intervention de Burich. Seulement, ce dernier a reçu une blessure très préoccupante et risque de ne pas s'en tirer. Mais Tom pense toujours au Fou, resté dans les geôles de la furie blanche et estime que s'il n'y a qu'un infime espoir de le sauver, il est tout de même existant. Aussi, il retourne dans les couloirs glacés à la recherche de son plus vieil ami.

Même si tout était, selon le Fou, écrit, Tom est tout de même le Changeur. Et il compte bien user de son statut pour inverser l'ordre des choses. Pour lui. Pour le Fou. Parce que ce dernier n'est plus quand il retrouve son corps. Mais ça, c'est quelque chose que Tom ne peut accepter. Et il va alors réaliser l'impossible : le faire revenir de l'autre côté. Néanmoins, même s'il est de retour, le Fou n'en est pas moins perturbé. En effet, jamais il ne s'est vu ou n'a aperçu le monde une fois qu'il l'aurait quitté. Dans ses visions, nulle place n'était faite à sa survivance. Et il ne sait comment se comporter.

Fitz a-t-il fait le bon choix en ramenant le Fou ?

Voici le dernier tome de cette saga fabuleuse qui m'a tenu en haleine pendant quelques années. Et, même s'il ne m'a pas déçu, sa forme en était quelque peu étonnante sur la seconde moitié. En effet, Robin Hobb nous avait habitué à prendre son temps dans la narration, que ce soit dans l'action mais surtout dans les évènements de la vie quotidienne. Or, il faut bien avouer qu'il y avait quand même un grand nombre de portes à fermer avant de clore la série, et pas tant de place que ça. Donc, une fois les affaires avec le Fou presque résolue, et le retour effectif de Fitz à Castelcerf, les choses vont vite, très vite. Mais bon, il ne servait sans doute à rien de faire encore durer les choses, surtout qu'il n'y avait pas de grand événement caché derrière, pour une fois.

En tous cas, merci Robin de ces moments où je me suis retrouvé au côté de FitzChevalerie Loinvoyant, à trembler pour lui, avec lui, à le maudire, à lui trouver des excuses, bref, à vivre avec lui.

Ecrite par WongLi, le 13 Novembre 2007 à 18:11 dans la rubrique Roman Fantasy .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb