Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

7 milliards d'aiguilles (Tome 1)

 
  Tadano, Nobuaki
Edition : Bamboo, Collection : Doki-Doki 2010, 186 pages ISBN : 978-2-35078-879-1 6,95
 

Hikaru Takabe s'ennuie, seule, comme d'habitude, et ce pendant son voyage de classe. Rien ne l'intéresse à part les écouteurs qu'elle a en permanence sur les oreilles, pour éviter d'écouter les autres. Pourtant, ce soir, elle va seule sur la plage, en essayant de regarder les étoiles.. pour se remémorer son passé. C'est alors qu'une lueur étrange apparaît, et s'approche, dans une trajectoire courbe, limite erratique... puis fonce sur elle.

Elle ne reprend conscience que sur sa table, dans sa classe. Qu'a-t-il bien pu se passer entre deux ? Et quel est ce bruit étrange dans ses oreilles ? Tout a l'air pourtant de bien fonctionner... jusqu'à ce qu'une voix se fasse entendre dans sa tête, et elle ne va plus la lâcher, au grand désespoir de celle qui l'entend.

Après une entrée en matière en douceur, bien menée, Nobuaki Tadano nous décrit sa version à lui d'une bataille entre le bien et le mal, à l'échelle de l'univers, carrément. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est rudement bien mené dans ce premier tome de 7 milliards d'aiguilles (qui tire son nom d'une citation d'un roman de Hal Clement, ou plus précisément de son titre en japonais). Hikaru se voit dans l'obligation de rechercher celui qui porte en lui ce que recherchait ce qu'elle porte elle, et ce dans l'intérêt de toute l'humanité. Bref, c'est rechercher une aiguille dans une botte de foin... sept milliards de porteurs potentiels... à moins de faire très très vite.

La mayonnaise prend, grâce à un rythme rapide et soutenu. Le lecteur est happé dans la course poursuite... et la fin est une fin, et par la même surprend.

Donc une excellente surprise que ce volume de 7 milliards d'aiguilles. On en redemande ! D'autant plus que la série est courte, quatre volume an total. C'est une raison supplémentaire pour la déguster. Rendez-vous tout de suite pour le volume deux.

Ecrite par Garion, le 16 Juin 2010 à 17:06 dans la rubrique BD Manga .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb